Le forum de tous les moutons d'agrément

de leurs éleveurs et bergers amateurs ou plus pros . Moutons de Corse ,de Jacob, de Soäy, Suffolk,Mérinos , Lacaune ,d'Ouessant, du Cameroun,ou croisés ... tous sont les bienvenus ..
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 prele, toxique?

Aller en bas 
AuteurMessage
uruti
Timide
Timide



MessageSujet: prele, toxique?   Ven 13 Aoû 2010 - 17:56

Pour finir je voulais m'orienter vers des moutons de soay, car ils ressemblent à des chévres et perdent leur laine , génial!
sauf que j'ai de la prele sur mon terrain et j'ai appris il y a une semaine que c'est une plante toxique pour les équidés mais pour les moutons les informations sont nombreuses et contradictoires. Quelqu'un a-t-il était confronté à ce probléme?
Revenir en haut Aller en bas
admin. forum
anciennement Marguerite
avatar


MessageSujet: Re: prele, toxique?   Sam 14 Aoû 2010 - 12:29

... :silent: ... aucune idée ... je sais seulement qu'on l'utilise pour les humains , surtout les femmes pour contrer l'ostéoporose et les méfaits de la déminéralisation osseuse .... peut être que consommé en trop grande quantité est néfaste .

_________________
administrateur [b][i]
Revenir en haut Aller en bas
http://mouton-amateur.forum-actif.net
uruti
Timide
Timide



MessageSujet: Re: prele, toxique?   Sam 14 Aoû 2010 - 19:59

Merci pour ton intéret. Bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
loulou35
Timide
Timide
avatar

Scorpion Localisation : Ille et vilaine

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Sam 5 Mar 2011 - 11:54


La prêle est un bon engrais et un insecticide pour le jardin,les plantes, et les arbres.
J'ai vaporisé mes pêchers l'année dernière qui avait la cloque, et cela a beaucoup amélioré les choses.

Désolée ce n'est pas un forum de jardinage. 😕 😕
Revenir en haut Aller en bas
anipatchen
administrateur
administrateur
avatar

Cancer Localisation : Vosges
Emploi/loisirs : .
Humeur : paisible

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Sam 5 Mar 2011 - 18:10

Ah je n'avais pas vu ce sujet .
A mon avis la prêle n'est toxique qu'en grande quantité .Et comme on l'a souvent dit ,sauf exception ,les moutons se goinfre rarement d'une plante sans l'avoir testée avant .

Pas grave du tout Loulou ,de toute façon c'est difficile de parler mouton sans parler de tout ce à quoi ça nous mène tout autour Wink :plantes ,autres animaux ,jardinage ,culture ,bricolage ,laine ,nourriture etc ..Alors ne te gêne pas sunny .

La prêle est une plante que j'aime beaucoup ,elle est bourrée de vertus et a un petit côté préhistorique charmant .
Revenir en haut Aller en bas
bucheron
Berger
Berger



MessageSujet: Re: prele, toxique?   Mar 8 Mar 2011 - 19:23

J'utilise la prele en teinture mere pour soigner mes brebis. Il en existe cependant plusieurs sortes dans la nature dont certaines sont toxiques.
Revenir en haut Aller en bas
anipatchen
administrateur
administrateur
avatar

Cancer Localisation : Vosges
Emploi/loisirs : .
Humeur : paisible

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Mar 8 Mar 2011 - 19:36

Tu soignes quoi avec ?

Pour les différentes sortes ,si j'ai le temps je ferais des recherches avec photos si possible ,ça pourra être utile.
Revenir en haut Aller en bas
anipatchen
administrateur
administrateur
avatar

Cancer Localisation : Vosges
Emploi/loisirs : .
Humeur : paisible

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Mar 8 Mar 2011 - 19:51

Je viens de voir sur un site de vente de produits pour ovins et caprins que la prêle ,associée à l'ortie, était utilisée comme reminéralisant (pour leur richesse en minéraux et oligo-éléments aussi)
Revenir en haut Aller en bas
anipatchen
administrateur
administrateur
avatar

Cancer Localisation : Vosges
Emploi/loisirs : .
Humeur : paisible

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Lun 21 Mar 2011 - 21:27

Alors pour en savoir plus voilà:

Citation :
Plante primitive aux multiples usages

Prêles

Nom scientifique :Equisetum sp. _ Famille : Equisetaceae
Connaître : Sous le nom de Prêle, sont réunies plusieurs espèces de plantes, qui sont de toute façon, toujours liées à la présence d’eau (soit superficielle, soit profonde en nappe phréatique). La seule que l’on utilisera pour une consommation alimentaire ou médicinale est la Prêle des champs (Equisetum arvense L.). Autant il est facile de dire que l’on a affaire à une prêle, autant il est important de pouvoir identifier les différentes espèces et leurs utilisations respectives (ménagères, artisanales ou agricoles).

Pour reconnaître les prêles, ne cherchez pas les fleurs. Ces plantes très anciennes apparues au Secondaire se reproduisent par des spores contenus dans un petit « épi » ovoïde ou oblong au somment des tiges. Il s’agit parfois de tiges spécialement dédiées à la reproduction, qui dans ce cas ne possèdent pas de feuilles et n’apparaissent pas au même moment que les tiges feuillées. Les tiges souterraines sont rampantes et rameuses. Les aériennes sont toujours plus ou moins creuses, striées, sillonnées en long (rarement lisses) et munies régulièrement de gaines dentées. Pour la plupart des espèces, des feuilles en rameaux partent de la base de ces gaines. Commençons par celle qui peut faire plonger ses racines à plusieurs dizaines de mètres si nécessaires jusqu’à la nappe d’eau indispensable à sa prospérité, ce qui en fait souvent un véritable cauchemar indestructible pour les agriculteurs qui la jugent indésirable, la Prêle des champs.

Prêle des champs Equisetum arvense L. Equisetaceae

Queue de cheval, Queue de renard,Herbe à récurer :

Connaître : La Prêle des champs est commune dans les endroits sablonneux et humides (prairies, terres cultivées, bords des eaux). Elle possède 2 sortes de tige. La première tige, haute de 10 à 20 cm, sort au début du printemps, elle est nue, sans feuilles secondaires, d’un vert très pâle et profondément sillonnée (8 à 12 sillons longitudinaux). Les gaines sur la tige sont espacées et longuement dentées. C’est cette tige qui assure la reproduction sexuée de la plante. Elle porte en haut un renflement oblong (2 à 4 cm) qui semble fait d’écailles serrées où se trouvent les spores mûrs en avril mai.



Cette première tige disparaît alors pour laisser la place aux tiges feuillées stériles, qui vont assurer la photosynthèse, et donc le développement végétatif de la plante. Ces tiges sont plus grandes (20 à 60 cm) à peine creuses. Au niveau de chaque nœud, on peut voir une gaine à 8-12 dents brunes et effilées. C’est de là que partent les rameaux de feuilles (4 à 15) en « crin », dont la section est à 4 angles aigus (il vous faudra couper avec une lame tranchante et observer la coupe à la loupe).

Cueillir : Les pousses fertiles se cueillent à la main en mars avril. Les tiges stériles, bien qu’elles restent vertes tout l’été, se cueillent de préférence au début juillet à la main ou bien à la faucille, dans les stations denses. On peut espérer ramasser de 5 à 10 kilos frais à l’heure, soit 1 à 2 kilos secs. Vous veillerez au risque d’échauffement important de cette plante qui paraît pourtant peu riche en eau au toucher. On l’étalera donc en couches très minces. Elle est par contre très peu sujette aux reprises d’humidité après séchage.

Utiliser : Elle aura toutes les utilisations domestiques possibles des espèces suivantes, mais c’est la seule qu’on peut consommer sans inconvénient. Les pousses fertiles du printemps se préparent cuites à la vapeur comme les asperges. Elles sont d’ailleurs très appréciées au Japon, assaisonnées à la sauce soja (Couplan). Les tiges feuillées se consomment en infusion ou en poudre (dans ce cas mêlées à du sel par exemple). Cette plante est très riche en sels minéraux (notamment silice).

Elle est diurétique, hémostatique et reminéralisante. Elle est indiquée pour la consolidation des os des personnes âgées, ou après une fracture. Elle est également un remède reconnu des troubles urinaires, des calculs et coliques néphrétiques (Lieutaghi). Le même auteur nous rappelle que c’est l’un des meilleurs remèdes indigènes de la tuberculose pulmonaire (plutôt en poudre de plantes sèches : 1 à 2 gr avant les repas principaux). Dans tous les cas, la Prêle ne se consomme que ponctuellement : 3 semaines consécutives au maximum.Enfin, même si aucune contre-indication n’est avérée réellement, il vaut mieux proscrire son usage pour les gens qui ont des troubles cardiaques ou rénaux.

A l’extérieur, c’est un bon détersif et cicatrisant. En agriculture, sa richesse en silice l’a fait connaître assez largement pour la préparation de pulvérisations (purins ou décoctions dilués au 1/10e - 2 poignées par litre). On l’utilise contre les maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium et rouille) en prévention, c’est encore mieux. Elle serait efficace même contre certains insectes (pucerons, araignées rouges).

La médecine vétérinaire paysanne l’emploie contre l’hématurie (sang dans les urines), maladie qu’elle peut par ailleurs provoquer en cas d’usage excessif ou prolongé. Elle est également appréciée comme reminéralisant pour les animaux faibles ou rachitiques (poudre dans les compléments alimentaires). Enfin, elle a été utilisée comme les autres espèces de prêle, comme tampon à récurer.

Autres Prêles (ne pas utiliser en médecine) :

Grande prêle Equisetum telmateia Ehrh. = E. maximum Lam. :

Connaître : Elle produit également 2 sortes de tiges : stériles et fertiles. On la distingue par sa taille (80 cm et plus), son « chevelu » très fourni, sa tige blanchâtre franchement creuse, et le nombre important des dents sur la gaine de la tige (plus de 15).

Cueillir : On la cueille de la même manière que la Prêle des champs.

Utiliser : Certains la disent « identique » à la Prêle des champs pour son usage, d’autres non...Dans le doute, il vaut mieux se contenter des usages externes et domestiques. Enfin, cette dernière ne pousse que dans les sols instables pouvant « glisser » à tout moment, on ne devrait pas faire de constructions dans ces endroits (Ducerf)

Prêle des bois Equisetum sylvaticum L. :

La Prêle des bois est plutôt rare, on la rencontre dans les forêts humides plutôt en montagne. Elle possède également les deux sortes de tiges, stériles et fertiles, mais elles poussent en même temps. On peut facilement la reconnaître car ses rameaux feuillés retombent « en parapluie », et les gaines des tiges stériles ont seulement de 3 à 6 dents. Elle est trop rare, même si localement dense, pour être cueillie, elle est d’ailleurs protégée en Limousin et Bourgogne.

Prêle des marais
Equisetum palustre L. et Prêle des bourbiers Equisetum limosum L. :

Ces deux prêles poussent les pieds dans l’eau dans les marécages. Elles n’ont qu’une sorte de tige, verte, peu feuillée, et fertile avec au sommet les « épis » à spores. Pour la Prêle des marais, la plus petite (30 à60 cm) les tiges sont creuses, presque lisses ; les 6 à 8 dents des gaines de la tige sont brun foncé avec une frange blanchâtre. Pour la Prêle des bourbiers, la tige (40 120 cm) très creuse, presque lisse est tout de même marquée de 15 à 30 sillons longitudinaux, et les 15 à 30 dents des gaines sont simplement petites effilées et brunes.

Prêle d’hiver Equisetum hiemale L. :

Cette prêle pousse dans les endroits sablonneux humides souvent forestiers. Ses tiges (40 à 120 cm) sont très creuses, nues, dépourvues de feuilles, d’un vert glauque assez foncé, sont légèrement renflées entre les gaines, et très rudes au toucher. Enfin, elles persistent tout l’hiver. Cette dernière est encore appréciée en artisanat d’art, pour le polissage du bois, de l’ivoire et des métaux.

.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
zézé
Berger
Berger
avatar

Localisation : Corse du sud

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Lun 21 Mar 2011 - 22:56

Il ne me semble pas que ce soit une plante que l'on rencontre fréquemment chez nous. Je serais plus attentif...
Revenir en haut Aller en bas
anipatchen
administrateur
administrateur
avatar

Cancer Localisation : Vosges
Emploi/loisirs : .
Humeur : paisible

MessageSujet: Re: prele, toxique?   Mar 22 Mar 2011 - 9:16

J'ai habité un temps en Alsace et il y en avait beaucoup au bord des chemins et autour des champs ....mais je l'ai vue littéralement disparaitre à vue d'oeil comme tout un tas de plantes "banales" tant on use et on abuse de pesticides la bas .......
Ici je n'en ai pas vu ,mais ça dépend sans doute aussi de la nature du sol .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: prele, toxique?   

Revenir en haut Aller en bas
 
prele, toxique?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prele, toxique?
» La prèle des champs
» Prêle
» la prêle des champs peut-elle être toxique ?
» Prele

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de tous les moutons d'agrément :: LES MOUTONS :: Régime et gourmandises-
Sauter vers: