Le forum de tous les moutons d'agrément

de leurs éleveurs et bergers amateurs ou plus pros . Moutons de Corse ,de Jacob, de Soäy, Suffolk,Mérinos , Lacaune ,d'Ouessant, du Cameroun,ou croisés ... tous sont les bienvenus ..
 
AccueilAccueil  PortailPortail  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez
 

 Les chiens de troupeau

Aller en bas 
AuteurMessage
anipatchen
administrateur
administrateur
anipatchen

Cancer Localisation Vosges Emploi/loisirs .
Humeur : paisible

Les chiens de troupeau  Empty
MessageSujet: Les chiens de troupeau    Les chiens de troupeau  EmptyJeu 19 Mai 2011 - 13:45

Nous avons eu quelques fois des discussions à propos des spécificités des chiens de travail au troupeau .Pas forcément utile directement pour les amateurs que nous sommes ,mais j'ai trouvé cette page bien faite et interessante :

Citation :


Choisir une race selon le travail demandé

Comme partout, on entend et on voit de tout en matière de chiens au travail sur troupeau. C’est notamment au cours d’une démonstration que les propos tenus par l’animateur m’ont fait bondir… Devant un public conquit et attentif il expliquait « …Que le Border Collie est la seule race valable au troupeau, la seule apte au travail ».

Alors là mon chauvinisme en a pris un sacré coup et j’ai quelque peu bondi ! Dans une activité où il est vrai, le border brille en monstre sacré, serait-il devenu impossible d’utiliser une autre race ? Sans doute par chauvinisme aussi, je vous répondrais qu’impossible n’est pas Français…

Plus sérieusement, il est bien dommage que de telles affirmations soient portées sans plus de discernement dans des manifestations publics. Chacun est libre de préférer une race plutôt qu’une autre. De là à affirmer que seul le border est apte au travail sur troupeau est une grossière erreur. Il faut cependant noter que la rigoureuse sélection du border en fait parfaitement approprié à cette pratique.
LES RACES LES PLUS UTILISEES EN FRANCE AU TROUPEAU

Border collie
Beauceron
Briard
Berger Picard
Berger des Pyrénées

LE BORDER COLLIE

Sa sélection uniquement basée sur le travail au troupeau, n’est pas étrangère à un tel engouement. En effet, le border collie n’est confirmé qu’après une épreuve assez technique au troupeau. L’aspect du chien importe peu, ce qui explique une race hétéroclite. Cependant l’œil avisé du juge vérifiera que la construction du border lui permettra bien de prendre ses fonctions auprès d’un troupeau. Si l’examen morphologique est assez rapide, les aptitudes bergères vont être largement testées.

Mis en présence du troupeau, il est préférable que le border prenne des attitudes rasantes en fixant fortement les animaux. Ce regard si particulier et propre à la race aura une implication dans la puissance du chien. C’est cette attitude et ce regard qui va contraindre les animaux à se plier à la volonté de votre chien. Certains qualifient ce regard d’hypnotique… Même si son but n’est pas d’arriver à endormir sa troupe, il est vrai que ses allures coulée, associées à son regard si particulier, lui confère un style unique. Sans aboyer, sans mordre, grâce à cet affût exagéré allié à son instinct de contournement, il prend rapidement possession de sa troupe et la conduit avec calme.

Un travail intensif, mais de courte durée !

Côté caractère, sa grande soumission en fait un chien très facile à éduquer. Encore faut-il savoir l’arrêter car, ce chien construit pour un certain type de travail, trotte très peu. Il se déplace au grand galop et n’a pas appris à s’économiser. Dans son pays d’origine, où les brebis sont généralement parquées, son rôle essentiel consiste à les faire changer de pâture. Les bêtes peu habituées à être manipulées sont donc très méfiantes. Il faut que le chien travail de loin, et se déplace avec rapidité. Il effectue un travail intensif mais de courte durée, le tout sous un soleil le plus souvent absent ou voilé…

Aujourd’hui, pour les besoins de nos exploitations, où les brebis qui sont gardées sont souvent plus teigneuses, on sélectionne des souches plus résistantes, et plus téméraires. Certaines lignées se sont fait une belle réputation dans la conduite des vaches. Arrivé depuis peu en France, le Border a su évoluer rapidement et de façon parfaitement adaptée au travail demandé.

Pour les amateurs, il faut savoir que ce chien de taille moyenne (env. 53cms) existe en deux variétés : poil ras et poil mi-long. Diverses couleurs sont possibles : la plus courante restant le noir et blanc. En couleur simple se trouve aussi le rouge et blanc. Le border peu aussi être tri- colore, le plus souvent noir et blanc avec des trace de rouge sur les joues, les oreilles et les membres. Cette variante est aussi possible chez les chiens rouges et blanc. Dans les colories plus rares, le bleu merle : robe grise et blanche avec des plaques noires plus ou moins importante et le rouge merle. Dans toutes ces teintes, le blanc ne devrait jamais dominer.

Un chien susceptible !

Si vous souhaitez acquérir un tel chien n’oubliez pas que sa confirmation n’est possible que face à un troupeau. Le border ne sera heureux que si vous lui offrez une activité et non de simples promenades ou course derrière un bâton.
Ce chien à l’apprentissage si facile pourrait vous donnez envie de brûler les étapes. Il peut être très précoce et briller au plus haut niveau dès l’âge de 1 an. Cependant je vous conseille de prendre votre temps sous peine d’en faire une machine qui ne prendra rapidement plus plaisir à vous obéir et effectuera sa tâche sans joie.
Son éducation doit être menée en douceur et sans brutalité. Sa grande susceptibilité risque de le bloquer si vous le brusquer trop. D’ailleurs avec un tel chien, l’erreur vient rarement de lui mais de vous, qui n’avez pas su faire comprendre ce que vous attendiez. Il convient à un maître sachant faire respecter sa douce autorité.

SES POINTS FORTS :

* Sélectionné pour le troupeau, il est rare de trouver un chien n’ayant pas d’instinct.
* Travail sans inquiéter les brebis surtout sur des brebis peu manipulées (plein air).
* Grande réceptivité, apprentissage aisé, chien ne remettant pas son éducation en question.

SES POINTS FAIBLES :

* Il ne sait pas s’économiser.
* Il fait des fixations s’il manque d’activité.
* Craint la chaleur.
* Susceptible jusqu’au bout des ongles.
* Manquant peut-être parfois un peu de hargne.

LE BEAUCERON

On l’appelle beauceron, berger de Beauce ou bien encore bas rouge, autant de nom, pour parler d’un même chien. Grand et puissant, sa robe noire est marquée de rouge aux joues et aux membres. Cette force tranquille, sûr de sa puissance, travail avec une douceur surprenante. Son trot élastique lui permet de se mouvoir sans trop effrayer les bêtes. Contrairement au Briard, son poil ras ne lui donne pas l’impression d’être une boule remuante. Mais comme lui, en concours, sur les bêtes ne connaissant pas de chien aussi grand, il partira avec un handicap.

Le beauceron n’a aucune peine à imposer sa suprématie et il est rare de voir une brebis ou vache lui tenir tête.

Il a gardé un bon biais au troupeau, même si ce n’est plus sa destination principale. Un public essentiellement utilisateur a su lui conserver, un caractère calme et équilibré, permettant ainsi de retrouver facilement des sujets au mental stable, se prêtant avec plaisir à toute éducation.
Au troupeau, c’est un vrai plaisir de voir avec quelle intelligence un jeune chien, sait d’instinct se placer. Naturellement, il englobera bien sa troupe et la maintiendra dans les pieds de son conducteur. Si vous vous déplacez, vous le verrez balancer calmement au trop derrière les bêtes pour vous les pousser dans les jambes. Travaillant avec calme, il peut manipuler des volailles sans inquiétude, de façon posée et réfléchie. Sa grande taille ne l’empêche pas d’effectuer un travail de grande précision.

Des brebis des canards ou des vaches !

Il aime le contact avec les bêtes. Il est aussi efficace avec des brebis, des vaches ou de la volaille. Travailleur acharné, et d’une grande conscience professionnelle, il excelle dans le travail de rive, pour le pâturage au carré, ou pour parer une parcelle à préserver, il effectue alors d’incessants aller-retour au trop, le long de l’endroit à protéger. Sa construction lui donne plus de facilité pour le travail en plaine sur d’important troupeau. Cependant, plus léger, plus souple et plus élastique que le Briard, il s’en sortira mieux sur des terrains moyennement accidentés.

D’une très grande vigilance, le berger de Beauce garde toujours un œil sur ses bêtes, même si vous le pensez assoupi. Travaillant avec une certaine autonomie et indépendance, il guettera de lui même, la bête qui tentera de s’écarter trop loin. Sans attendre l’ordre, il ramène la vagabonde. Si une bête se retourne pour lui faire face, vous le verrez la bousculer d’un coup d’épaule pour la remettre dans le droit chemin, car ce n’est pas un belliqueux. Sa stature en impose suffisamment pour qu’il n’ait pas besoin de se servir de ses dents. Il est sûr de lui et connaît sa force, ce qui facilite l’éducation.

SES POINTS FORTS :

* Son atavisme pour le troupeau semble bien conservé.
* Il possède de réelles aptitudes pour recevoir une éducation très poussée.
* Ses allures coulées, et notamment son trot allongé lui permettent de longues heures de travail sans affoler les animaux.
* C’est un chien posé au caractère calme et équilibré, qui n’abuse pas sans raison de sa puissance.

SES POINTS FAIBLES :

* En concours il peut être un peu désavantagé par sa grande taille et sa couleur sombre, face à des brebis le plus souvent conduites par des border.
* Il faut lui apprendre parfois, à gérer la puissance de sa mâchoire.

Stabilité et fort caractère

Sa stabilité et son fort caractère lui permette de s’accommoder d’un maître autoritaire. Toutefois il faudra vous montrer juste et motivé pour obtenir un travail consciencieux.
Si vos commandements ne sont pas fermes et intelligents, vous risquez de vous faire dépasser et de voir votre chien travailler pour lui, écartant une brebis du lot pour la courser. Malgré sa grande taille, le beauceron reste souple de caractère et ne remettra pas son éducation en question.
Il a une bonne rapidité d’exécution et arrive à maturité rapidement (18-24 mois)

Pour les amateurs :

Rencontré le plus souvent en noir et feu, le beauceron peut aussi avoir la robe arlequine. Ses oreilles ne sont maintenant plus taillées en pointe ce qui adoucit sa physionomie. Sa queue est portée longue.
Mâles 65 à 70 cm femelles 61 à 68cm.
Son conducteur, sera équilibré et juste, même s’il a un caractère autoritaire.

LE BRIARD

Chien de grande taille au pelage très fourni en poils.
Trop lourd et trop grand pour le travail en montagne, il est bâti pour la plaine. Grâce à sa stature et à son poil qui bouge, il est naturellement craint des brebis. Il sera plus à l’aise, face à un troupeau assez important. Son tempérament plutôt calme, lui permet de travailler pendant de longues heures. Ce n’est pas un chien nerveux, qui travaillera comme une bombe, mais quand il a adopté son allure de croisière, le trot, il devient infatigable.

Si certaines lignées ont gardé leur passion pour le travail au troupeau, la grande majorité d’entre eux ont rejoint des maîtres et des activités moins bergères. Sa sélection actuelle, en fait un bon chien de compagnie au caractère sympa. Pour plaire au grand public, ce chien qui avait un poil mi-long il y a quelques dizaines d’années, s’enorgueillie tous les jours d’une robe un peu plus longue. Difficile de travailler avec une telle toison. Traverser un roncier tient de l’utopie, car le chien risque de se trouver saucissonner au milieu. Son caractère aussi souffre de cette abondante fourrure. Cette grande touffe de poils altère sa vue et l’empêche de voir les obstacles et les gens de suffisamment loin, ce qui entraîne une certaine méfiance. Si son toupet n’est pas raccourci, éclairci ou attaché, vous le verrez foncer dans une porte en grillage alors qu’elle est fermée et la sauter le lendemain bien quelle soit ouverte !

Laissez-le voir le Soleil

Pour son équilibre mental, il est important de lui offrir une bonne visibilité. Il faut profiter de ce qu’il n’ait pas encore dégénérer et ne craigne pas le soleil, pour lui donner l’occasion de le voir. Si votre chien sort en expositions, il suffit alors de lui attacher cette mèche en une très esthétique couette sur le crane et de la lui défaire avant son passage sur le ring.

Travailler en jouant

Avec ce gros chien, l’éducation doit être menée tranquillement car il n’arrive à maturité que vers 2 à 3 ans. Il reste longtemps bébé, aussi bien dans sa tête que dans ses mouvements.

Son plaisir est de travailler près des animaux. Pour cette raison, il est souvent désavantagé en concours, face aux lots qui comportent entre 30 et 80 têtes. Les brebis qui n’ont que rarement vu un Briard sont le plus souvent affolées par cette masse imposante, qu’une longue robe voltigeant accentue encore. La difficulté réside dans la réussite d’une bonne prise en main du troupeau, lors des toutes premières minutes, car les brebis tentent de fuir.

Pour éviter ça, les conducteurs sont obligés d’empêcher le chien de travailler, en le tenant éloigné des brebis, brimant ainsi son esprit d’initiative. Le berger va aller à l’encontre de la nature du chien, en lui demandant de rester à distance des bêtes pour ne pas les inquiéter. Ce chien qui aime travailler tout en jouant, en sautant et en remuant dans tous les sens, se verra contraint de travailler au petit trop à une bonne distance.

Il sera plus heureux à déplacer d’imposants troupeaux sur son exploitation, où il pourra laisser libre court à son initiative.

Sa carrure un peu lourde, le met en difficulté sur un terrain trop accidenté. Pour cette même raison, il sera plus à l’aise avec des brebis qu’avec des vaches où son aspect pataud et sa hauteur, lui font craindre les coups de pieds.

Il aime se sentir secondé par un maître calme, lui laissant le temps d’analyser le commandement donné.

Une relation de complicité

Son éducation doit être progressive, se faire dans le calme, dans une relation de complicité, sans trop de pression.
Il faut lui laisser le temps de mûrir. Ce n’est pas un chien à bousculer.
Il faut attendre qu’il soit arrivé à pleine maturité, qu’il ait développé ses aptitudes et sa motivation au troupeau, avant de lui demander des combinaisons d’obstacles techniques.
Il n’appréciera pas des ordres rébarbatifs donnés avec une sèche autorité.

SES POINTS FORTS :

Chien agréable à vivre en dehors du boulot, calme et assez peu bruyant. Il est plaisant de l’avoir comme associé de travail.
Bien en main, il capable s’assumer de longues journées de travail. Après un temps de travail ou il prendra plaisir à jouer, il adoptera un trot ample et efficace. Grâce à sa taille, il n’aura aucun mal à se faire respecter naturellement même en présence de gros troupeau. Son terrain de travail favori reste les zones de plaine.

SES POINTS FAIBLES :

En concours, il inquiète les bêtes, il faut le retenir, contrecarrant son mode de travail. Ses poils devant les yeux le gène dans sa découverte du monde extérieur, développant ainsi une inquiétude et une réserve exagérée, le privant aussi de son habilité. Il est difficile de trouver des chiens dont l’atavisme soit conservé. Sa grande taille le prédestine aux torsions d’estomacs, il faut le nourrir le soir pour lui laisser le temps de digérer, ou lui servir un repas fractionnés en deux fois. A déconseiller aux maîtres allergiques aux brossages… Son long pelage demande un entretien régulier et rigoureux.

Pour les amateurs

Ce chien à poils longs, peut être fauve, noir ou gris. Il mesure 62 à 68 pour les mâles, et 56 à 64 pour les femelles.
Les oreilles ne sont plus coupées. La queue est laissée naturelle et doit être portée basse. Son maître sera calme et n’aura pas un besoin impératif de faire valoir une autorité sans place à la fantaisie.
Il devra aussi aimer manier la brosse et le peigne, pour entretenir sa longue fourrure. Malgré son imposante taille, le briard sait parfaitement s’intégrer dans une maison.

LE BERGER PICARD

Il fait figure de parent pauvre du troupeau depuis plusieurs années. En voir en activité tient de l’exception. Il faut bien avouer qu’hélas, la sélection de cette race ne l’a pas toujours avantagé et comme d’autres races Française le Picard a perdu, un peu plus chaque jour, son instinct berger.

Ce chien du premier groupe pouvant aller jusqu’à 65 cm au garrot pour environ 30kg pour les mâles se décline sous plusieurs robes aux tons chauds, gris allant de l’argenté au presque noir, noir pouvant avoir des reflets rouge ou bien fauve. Décrire son poil n’est pas chose aisée… bien que possédant un poil dit « dur », le pelage du berger picard donne envie d’y passer la main. Son poil reste souple et soyeux et s’il n’est pas court il n’est pas long non plus tout comme il n’est ni frisé ni raide… Voilà bien le chien idéal pour les personnes désirant un joli pelage sans les contraintes d’un fastidieux toilettage.

Le berger picard étant d’un naturel plutôt exclusif, il est recommandé de la mettre dans les circonstances les plus diverses dès son plus jeune âge. Donnez-lui la possibilité de rencontrer des mouvements de foule au cours de promenades dans les marchés, aux abords des écoles… laissez-lui aussi la possibilité de rencontrer d’autres congénères en liberté. Profitez du jeune âge de votre chiot pour qu’il finisse son apprentissage du langage des chiens en rencontrant ses semblables. Pour ça aussi le travail en club peut être fortement bénéfique car il offre la possibilité de rencontrer pas mal de chiens sous l’œil vigilant d’un moniteur.

La difficulté reste de trouver une lignée troupeau pour travailler !!!

SES POINTS FORTS :

Une présence facile au troupeau grâce à sa stature et aussi à ses oreilles pointues, lui donnant l’air d’un prédateur.

SES POINTS FAIBLES :

* Un caractère souvent lunatique le rendant parfois peu fiable.
* Un coup de dent facile grâce auquel il fait de gros dégâts pour s’amuser ou par prédation.
* Un atavisme de moins en moins prononcé.

Pour les amateurs :

Le maître d’un picard devra être à la fois patient et inflexible. Malgré les sautes d’humeur de son chien il devra persévérer pour obtenir une bonne écoute. En société il devra rester vigilant vis à vis des réactions de son chien qui sont parfois imprévisibles.

LE BERGER DES PYRENEES

Je garde le meilleur pour la fin car voici venu le moment de vous parler de ma race favorite…

Ce chien est à réserver aux maîtres n’ayant pas les deux pieds dans le même sabot. Si un jardin est conseillé il est encore plus important pour lui de vivre avec vous ; à l’écoute de vos moindres désirs. Trop souvent appelé « Labrit » il doit ce surnom à un lointain cousin des Landes. S’il avait été reconnu en tant que race officielle, le Labrit serait plus grand et plus carré que le berger des Pyrénées. Aidant les bergers Landais le Labrit, faute de passionnés, n’a jamais été reconnu comme race et ne possède donc pas de standard officiel.

Le berger des Pyrénées compense sa petite taille, par un maximum d’influx nerveux. C’est un travailleur infatigable, construit pour exercer ses talents en montagne. Sa légèreté associée à sa vivacité en fait un grimpeur hors pair. Pour s’imposer sur les brebis, il travail de près, utilisant fréquemment sa voix et n’hésitant pas à pincer les jarrets des bêtes.

Mais ne vous fiez pas aux apparences, cette petite boule de poils à l’air espiègle, peu aussi bien imposer sa volonté à un troupeau de bovin, qu’à plus de 2.000 brebis en alpage.

Sélectionné dans nos montagnes Pyrénéennes, il en a gardé la rusticité et la sobriété..

Un chien à offrir à sa belle-mère !

Depuis quelques années, ce chien connaît la ferveur d’un public non utilisateur. Il faut dire que sa taille réduite, son poil long, son air canaille et sa tête d’ours ont tout pour séduire. Pour satisfaire la demande, de nombreux "éleveurs" n’ont pas hésité à augmenter la production, devant l’appât du gain. C’est ainsi que les journaux fleurissent d’annonces proposant des Labrits, Labrits des Pyrénées, voir même des Nounours Labrits… Ces chiots vendus comme chiens faciles à éduquer, silencieux grossissent souvent les cages des refuges. Pourquoi ? Simplement parce qu’il n’est rien de ce que son physique laisse présager. Il n’est pas calme, pas facile à éduquer loin sans faut. Quand à être silencieux… chercher l’erreur. C’est une boule de nerfs monté sur 220 Vt. C’est un chien à offrir à sa belle mère, ne sortant jamais de chez elle, passionnée de tricot et de lecture !

Il travaillera les yeux dans les yeux avec vous !

Comme beaucoup de nos races Françaises, le petit Pyrénées travail au contact. Toujours proche des brebis. Sa petite taille pourrait être un handicap pour s’imposer sur le troupeau, mais il la compense par ses aboiements et un coup de dent facile. Les animaux récalcitrants sont vite remis à leur place.

Petit et léger, il est taillé pour le travail en montagne. Toutefois, les sujets au minimum du standards auront beaucoup plus de mal à s’imposer et seront pénalisés lors de grosses escalades. Pour le travail, je préfère utiliser des chiens de bonnes tailles qui impressionnent naturellement plus facilement les brebis.

Le Berger des Pyrénées reste un chien polyvalent, pouvant travailler sur ovins, bovins, porcins voir volailles. Toutefois vu son incessante activité il est préférable de lui donner des lots assez important à manipuler. Sinon, il faudra le brider pour le calmer, il n’aura pas le temps de s’élancer qu’il sera déjà arrivé. Enfin une masse plus importante, donc plus compacte restera plus calme face à cette boule bondissante et bruyante.
Contrairement à son homologue Anglais, il ne fixe pas les brebis, mais son maître, toujours à l’écoute d’un nouvel ordre, c’est un chien qui travaillera, les yeux dans les yeux avec vous.

Têtu aboyeur et mordeur

Vous voulez tenter de l’éduquer… Armez-vous d’une bonne dose de courage, saupoudrez le tout d’un brin d’humour, laissez reposer loin de l’autorité classique, attendez vous à un résultat étonnant, la cuisson ne sera jamais comme vous l’avez prévu, et c’est sans doute lui qui vous mangera à toutes les sauces…

Avec le Berger des Pyrénées, point de conduite tracée d’avance, il va falloir apprendre à composer avec son esprit d’initiative. Ne croyez pas qu’une brusque autorité aura raison de son caractère de cochon. Son éducation ne peut-être que basée sur des échanges. Ce chien là, c’est le roi du troc. Il ne donne rien sans rien. Il faut arriver à le prendre dans le sens du poil, il a besoin de penser que c’est lui qui commande.

Têtu, aboyeur et mordeur, voici le tableau que l’on pourrait brosser de lui. Pourtant ses défauts utilisés à bon escient, deviennent vite des qualités dans le travail. C’est un chien dont l’endurance vous surprendra, sa hargne au travail vous étonnera. Il ne craint ni la chaleur, ni le froid. Dès son plus jeune âge, il faut lui apprendre à obéir, car ne vous y tromper pas, son air cabot cache un vrai tyran. Il fait sans doute parti des bergers les moins faciles à éduquer, mais si vous vous donner un peu de peine, vous aurez non seulement un compagnon agréable à vivre, mais aussi un associé toujours prêt à vous rendre service.

SES POINTS FORTS :

* Grande résistance physique, endurant par tout temps, rarement malade, race ne présentant -* pas de contraintes particulières.
* Très proche de son maître, il est assez exclusif.
* Léger et rapide, il convient à tous type de terrains.
* Téméraire, il ne craint rien (si son caractère est équilibré)

SES POINTS FAIBLES :

* Trop d’élevages de chiens de compagnie, ne tenant pas compte du caractère du chien produisent des chiens devenant peureux (agressifs si acculés), il en découle une trop grande nervosité très dur à canaliser au travail.
* L’atavisme troupeau tend à disparaître.
* On constate aussi une perte de taille, trop de chiens sont au minimum de la taille et manquent d’ossature.

Pour les amateurs :

Ce chien comporte 2 variétés : le face rase dont le standard comporte ses propres spécificités, le poil mi-long ou poils longs dont la seule différence réside en la longueur de la toison. Pour les poils longs la hauteur au garrot pour les femelles est de 38 à 46 cm et de 40 à 48 cm pour les mâles, un dépassement de deux centimètres est autorisé chez les sujets parfaitement typés. Les faces rases sont un peu plus grands. Les coloris sont diverses est les couleurs franches sont à préférées : Fauve, Gris, Noir, Arlequin bleu, les robes blanches sont exclues, cette teinte ne doit pas dépasser un tiers du chien. Les oreilles ne sont plus écourtées et la queue est maintenant généralement laissée longue. A l’état naturelle, la queue est portée basse au repos et ne doit pas dépasser la ligne du dos en mouvement, les oreilles sont portées droites avec le dernier tiers tombant.

A savoir, le livre de la race étant encore ouvert, l’inscription à titre initiale est encore possible, le sujet devra faire un excellent en exposition canine.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
zézé
Berger
Berger
zézé

Localisation Corse du sud

Les chiens de troupeau  Empty
MessageSujet: Re: Les chiens de troupeau    Les chiens de troupeau  EmptyJeu 19 Mai 2011 - 23:34

très bien ce document. Il met en exergue le caractère des chiens, et l'on comprend mieux les problèmes de comportement de certains chiens trop peu solicités. Je connais des borders collies vivant en appartement!
Revenir en haut Aller en bas
anipatchen
administrateur
administrateur
anipatchen

Cancer Localisation Vosges Emploi/loisirs .
Humeur : paisible

Les chiens de troupeau  Empty
MessageSujet: Re: Les chiens de troupeau    Les chiens de troupeau  EmptyVen 20 Mai 2011 - 7:52

Oui et on comprend bien du coup une des raisons qui fait qu'il y en a de plus en plus en SPA ...

J'ai mis aussi ce document sur le forum des chiens de travail puisque ça m'a fait penser à eux ,il semblerait d'après les réactions que tout ce qui est dit du Border techniquement ne correspond pas à toutes les expériences .
Bon de toute façon ce n'est qu'un doc généralisant ,il ne peut pas faire l'unanimité j'imagine .
Revenir en haut Aller en bas
admin. forum
anciennement Marguerite
admin. forum


Les chiens de troupeau  Empty
MessageSujet: Re: Les chiens de troupeau    Les chiens de troupeau  EmptyVen 20 Mai 2011 - 21:39

trés bien ce document !

le fait que le border collie soit autant présent partout au sein des troupeau me donne vraiment envie de me tourner vers une autre race pour le jour où je me déciderai ; pourtant , des copains m'en donne un rejeton quand je veux ....
non , ce sera une chienne , de petite taille , au poil court , et sans forcément être " de race " , elle sera obligatoirement issue d'une famille travaillant sur troupeau ....... je finirai par croiser son chemin ...

_________________
administrateur [b][i]
Revenir en haut Aller en bas
http://mouton-amateur.forum-actif.net
anipatchen
administrateur
administrateur
anipatchen

Cancer Localisation Vosges Emploi/loisirs .
Humeur : paisible

Les chiens de troupeau  Empty
MessageSujet: Re: Les chiens de troupeau    Les chiens de troupeau  EmptyVen 20 Mai 2011 - 22:29

marguerite a écrit:

non , ce sera une chienne , de petite taille , au poil court , et sans forcément être " de race " , elle sera obligatoirement issue d'une famille travaillant sur troupeau ....... je finirai par croiser son chemin ...
De tout temps les bergers ont eu des chiens qui n'étaient pas forcément d'une race très définie et qui faisaient très bien leur travail aussi .
Tu finiras bien par la trouver sunny
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les chiens de troupeau  Empty
MessageSujet: Re: Les chiens de troupeau    Les chiens de troupeau  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chiens de troupeau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» statut d'auto entrepreneur de garde de troupeau
» beaucoup d'avortement sur un troupeau de chèvres
» agrement lof border collie
» saillies réussies ??
» chèvre perdue !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de tous les moutons d'agrément :: LES MOUTONS :: Autour du mouton : chiens de troupeau, lait et fromages,viande ou pas etc....-
Sauter vers: